Documentation

Documentation

Données et statistiques sur les programmes de prévention des infections nosocomiales et l’antibiogouvernance

Présentations vidéo

Statistiques

Données et statistiques sur les programmes de prévention
des infections nosocomiale et l’antibiogouvernance

 

Taux d’infection moyen reconnu par admission
Variation de 3% à 10% selon la taille des hôpitaux ou centres de soins
5%
Taux de prévention estimé à la mise en place des PPI
30%
Cout moyen d’un patient infecté par type d’infection*
  • Diarrhées Associée au Clostridium Difficile (DACD)
  • Bactériémies nosocomiales associées aux cathéters centraux (BACC)
  • Pneumonie associée aux ventilateurs (PAV)
  • Infections urinaires associées aux cathéters
  • Infections de sites chirurgicaux
  • SARM


*(Zimlichman and al. JAMAInternMed.doi:10.1001/jamainternmed.2013.9763 PublishedonlineSeptember2,2013)


  • 11,285$
  • 45,814$
  • 40,144$
  • 896$
  • 20,785$
  • 42,300$
Taux de mortalité par type d’infection*
  • Taux moyen
  • Pneumonie associée aux ventilateurs (PAV)
  • Infections urinaires associées aux cathéters
  • Pneumonies associées aux soins
  • Infections de sites chirurgicaux

*(Kleven and al. 2002)


  • 5,8%
  • 14,4%
  • 2,3%
  • 12,2%
  • 2,8%
Efficacité des systèmes informatisés vs manuels
  • Sensibilité supérieure - bactériémies nosocomiales*
    *(Tinoco et al, J AM Med Inform Ass 2011)
  • Réductions temps de saisie**

**(Woetjle et al, SHEA 2010)

**(Koller et al, World Congress Med Health Inform 2011

**Autriche, USI, 99 admissions, 1007 JP, 31 Infections noso)


  • 92% vs 34%
  • 70 min vs 7 min pour saisie de cas d’infections urinaires
    82h vs 12h
    (incluant revues de dossiers)

Antibiogouvernance

Budget d’antibiotiques

 

Réduction de consommation par l’Antibiogouvernance

 

Réductions en antibiotiques (CID 2007) par année

 

Réduction des germes multi résistants*
(SARM, ERV, C difficile, BLSE, etc.)

*IDSA/SHEA (CID 2007) ASHSP 2012

jusqu’à 30% du budget des médicaments des CH

 

22-36%

 

200 000$ à 900 000$
Souvent auto-financés

 

94% des pharmaciens soulignaient les difficultés d’accès aux données

Impact des infections nosocomiales - situation canadienne

Source: Health care associated infections: a backgrounder
http://cupe.ca/health-care/health-care-associated-infections

L’estimation du coût par patient dans l’hôpital varie selon le type d’infection et le département :

  • Une analyse des hôpitaux canadiens a démontré que la gestion des soins d’un patient infecté au SARM coûte entre $16,836 et $35,000 (2004).33
  • En 2007, les autorités en santé de Colombie Britannique ont estimés que sept pourcent (7%) de tous les patients infectés par la C. difficile sont réadmis à l’hôpital, nécessitant 13.6 jours additionnels de soins et des coûts en extra de 18,000$ ou plus chacun (900$ par jour et 5,800$ en traitement). En 2002-2003, le Vancouver Coastal Health Authority a dépensé plus de 3 millions$ en traitement pour la réadmission de 2,526 patients avec C. difficile. 34
  • À Calgary, Alberta, les chercheurs ont trouvés que les infections BACC acquises en soins intensif coutent 25,144$ additionnels par patient

Les coûts des infections nosocomiales sont maintenant aggravés par des poursuites au nom des patients qui en ont souffert ou en sont morts. En Ontario, il y a une poursuite de 50 millions $ émanant de l’éclosion de 20 mois au Joseph Brant de Burlington où 91 patients infectés avec C.difficile sont décédés. Une situation similaire existe au Québec suite à l’éclosion de C. difficile à l’Hôpital Honoré-Mercier.

 

Impact et apport d'un système informatisé

Impact et apport d’un système informatisé pour les étapes de surveillance et en appui au rôle des professionnels en prévention des infections

Principales causes des impacts financiers des infections nosocomiales

Les impacts financiers sont causés par l’augmentation de :

  • Nombre de réadmissions à l’hôpital
  • Durée de séjour
  • Usage d’antimicrobiens
  • Mesures de surveillance et d’isolement
  • Services de laboratoire et de radiologie attribuables aux diagnostics
  • Coûts attribuables aux éclosions
  • Coûts de communication et de relation publique

 

Bénéfices d’un système informatisé

Les avantages d’un système informatisé performant :

  • Sensibilité supérieure
  • Détection précoce
  • Réduction majeure du temps de saisie des dossiers 
  • Réduction/Élimination erreurs transcription/saisie
  • Amélioration du temps de réponse en cas de crise
  • Amélioration de la qualité et de la précision des données
  • Standardisation des procédures
  • Interrelations Antibiogouvernance-PCI
  • Intégration automatique avec INSPQ
  • Compatibilité avec DSQ, DMÉ, DCI

Rôles et responsabilités des équipes en pci et apport de Nosokos

 

Source :
Définition des rôles selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS)
*Prevention and Control of Nosocomial Infections, fourth edition, Wenzel
** American Journal of Infection Control, February 2014, State of infection prevention in US hospitals enrolled in the National Health and Safety Network, Stone et al.

 

 

Le personnel infirmier est chargé de mettre en œuvre les pratiques de soins assurant la lutte contre l’infection. Il doit être familiarisé avec les pratiques empêchant la survenue et la propagation des infections et observer des pratiques appropriées pour tous les patients pendant toute la durée de leur séjour à l’hôpital.

 

Prévention vs surveillance : La mise en place d’un système informatisé tel que Nosokos permet d’automatiser les tâches manuelles de surveillance et d’assurer une contribution maximale du personnel en matière de prévention et ainsi assurer d’éliminer le temps alloué aux tâches manuelles et diminuer la part du temps de contrôle par l’accès systématique et automatique aux données de l’établissement et au rapport d’alarme.